10 juin 2005

Jane Eyre

image001Charlotte Brontë

Le livre de poche

663 pages

Jane Eyre est l’histoire d’une jeune orpheline recueillie par son oncle, homme riche et qui, sur son lit de mort fait promettre à sa femme de garder l’enfant et de lui donner les mêmes soins que si elle avait été l’une des leurs. Bien entendu, ce n’est pas ce qui se passe et Jane est traitée très ingratement, car sa nature plus humble est bien trop différente de celle de sa famille adoptive. Elle est donc brutalisée par son cousin, ignorée par ses cousines et très franchement détestée par sa tante et les nurses (au moins une, en tout cas). On la place finalement dans une pension de charité où on la traitera durement, mais dont elle ressortira avec une bonne éducation, des valeurs chrétiennes profondément ancrées en elle et de l’expérience en tant qu’institutrice.

Jane est donc prête à se lancer dans le monde et se trouve une situation dans une famille noble. Malheureusement, Miss Eyre tombe en amour avec Mr. Rochester, son maître, un homme d’une quarantaine d’années et d’une certaine laideur, mais pour une raison que je ne vous divulguerai pas, l’amour de Jane ne peut porter fruit. Il ne lui reste plus qu’une seule chose à faire, s’enfuir. Ce qui suit sont des moments horribles où elle doit mendier, dormir dans les champs et elle risquera de mourir de faim, mais elle se retrouve complètement épuisée devant une maison qui accepte de l’héberger, elle y restera plusieurs mois et s’y découvrira des amis fidèles. On lui trouve un travail, celui d’institutrice dans une école de filles qui vient d’ouvrir, mais Jane Eyre, inquiète pour Rochester, repart vers sa maison. C'est à suivre ... lol

Commentaires etoile_105.gifetoile_105.gifetoile_105.gifetoile_105.gif

Jane Eyre est assurément un excellent livre, car il parle de cette période de notre histoire que je chéris le plus, ce XIXe siècle où j’aurais tant voulu naître. J’ai toujours apprécié les descriptions des vêtements de ce temps, mais l’on ne peut pas dire que l’on soit très servi de ce côté, puisque Jane apprécie plus ses vielles robes du temps de sa pension que les beaux habits offerts par Rochester, mais passons. J’ai très apprécié ce livre, simplement parce qu’il est imbibé de ces descriptions psychologiques que j’aime tant, j’ai toujours rêvé être comme ces personnages de roman dont l’œil vif peut analyser en un bref regard le caractère d’un autre personnage seulement en observant leur visage. Cela sans parler de ce style d’écriture anglais qui me plaît tant et qui vaut pour moi tous les livres québécois du monde (presque tous).

Toutefois, Charlotte Brontë a eu la main lourde dans ce roman pour ce qui est des descriptions des lieux et CHARLOTTEBRONTEdes paysages de toutes sortes et je dois avouer que je ne suis pas attachée à ce que j’appellerai de la sensiblerie parce que lorsque je vois un petit oiseau brun je ne pense pas à des feuilles rousses qui auraient oublié de tomber. Je fais fi normalement de ce genre de choses, car il faut bien décrire le lieu et que c’est peut-être moi en tant que lectrice qui ne vaut pas un clou, mais j’ai trouvé que le livre se perdait souvent dans ces longues descriptions poétiques, mais c’est, semble-t-il, cela qui a fait la popularité de Jane Eyre et qui désignait le mieux le style de Charlotte Brontë.

Pour ce qui est de l’histoire, j’ai véritablement adoré, la petite Jane est si malheureuse, si maltraitée par le sort parfois que tu as le goût de rentrer dans le livre et d’aller la prendre dans tes bras. Il y a aussi et cela peut paraître étrange pour un livre du XIXe siècle, de grands rebondissements, tu ne sais jamais si elle va finir par épouser Rochester ou si simplement elle pense à lui, si elle va accepter telle ou telle proposition. Il m’est arrivé de recevoir avec surprise une pièce du casse-tête et de finir par tout assembler avant que l’auteur ne nous l’explique et tout en étant complètement sidérée. Sincèrement c’est un très bon roman, je l’ai grandement apprécié et s’il y a des personnes au monde pour aimer le même genre de lecture que moi et bien lancez-vous dans cette histoire, c’est quelque chose !

Autres livres de l'auteur :

- The professor (1857) publication posthume

- Villette (1853)

- Shirley (1849)

- etc.

Posté par GeishaNellie à 17:25 - Littérature anglaise - Commentaires [0] - Permalien [#]

dentelle


Commentaires sur Jane Eyre

Nouveau commentaire