25 novembre 2006

La belle Angélique

image005Nadine Grelet (avec l'aide de Jacques Lamarache)

VLB

461 pages

La belle Angélique c’est Angélique des Méloizes, grande dame de la Nouvelle-France que l’on peut retrouver sous les traits de Diane la chasseresse dans les premières pages du livre, c’est donc une biographie travestie en roman. Nadine Grelet, avec l’aide de Jacques Lamarche, nous raconte l’histoire d’Angélique fille du seigneur de Neuville qui verra son monde complètement bouleversé lorsque son père chéri décède. Sa mère, d’une grande beauté, mais vieillissante, la jalouse et décide de la vendre avec la maison de la Nouvelle-France pour retourner en France et quant à y être pourquoi pas donner ses fils à tuer à la guerre, hein ?

Quoiqu’il en soit, Angélique a tout un caractère et elle ne laissera pas sa mère détruire toute sa vie ainsi, elle devient Mme de Péan, femme de Michel de Péan un homme qu’à défaut d’aimer, elle apprécie grandement. Toutefois, si la vie s’annonçait relativement paisible, voilà que le nouvel intendant de la Nouvelle-France, François Bigot débarque, Michel de Péan se lie immédiatement d’amitié avec lui afin d’accéder à un poste élevé, toutefois un coup de foudre éclate entre Bigot et Mme de Péan. Voilà aussi que les Anglais arrivent afin d’envahir les colonies françaises. Au milieu de tout cela, Angélique se débat avec les convenances et sa propre personnalité qui commence à être corrompue par les usages coûteux que Bigot a mit à la mode, une des raisons pour lesquelles il aura des problèmes avec le roi de France …

Commentaires etoile_105.gifetoile_105.gifetoile_105.gif

À défaut d’être le roman de l’année il a malgré tout été assez intéressant. Certes, l’écriture plutôt sobre de Nadine Grelet ne me plaint guère, mais les évènements palpitants qui mettent à mal la vie tranquille d’Angélique viennent nous bouleverser et nous toucher jusqu’à la petite larme au coin des yeux.

Si Angélique en tant qu’héroïne parfaite me tapait un peu sur les nerfs au début, elle devient rapidement une femme comme les autres, capable de se tromper et d’être souillée par les choses un peu moins bonnes que l’on trouve partout autour de nous. En fait, si Angélique des Méloizes est devenue connue à cause de sa relation avec François Bigot, je ne suis pas sûre qu’il a été pour elle une bonne chose, je ne suis même pas sûre que celui-ci a été une bonne chose pour la Nouvelle-France. Ah ! et cette Nouvelle-France, quelle torture elle a subit ! Quelle beauté elle a et qui a été détruite ! Ah, souvenir.

Extrait :

<< Elle ne voulait pas sombrer dans ce jeu pervers qui fait tourner la tête, rend les femmes esclaves et les oblige à se vendre à qui les manipule. >> p.254

Autres livres de l'auteur :

- La fille du Cardinal tome 3 (2007)

- La fille du Cardinal tome 2 (2006)

- Les chuchotements de l'espoir (2004)

- La fille du Cardinal (2001)

- Le souffle de vie (1991)

Posté par GeishaNellie à 13:37 - Littérature québécoise - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dentelle


Commentaires sur La belle Angélique

Nouveau commentaire