12 novembre 2007

Andromaque

Andromaque__pochette_Racine

Librio

92 pages

Troie est tombé, son roi Hector, a été tué, il ne reste maintenant de la gloire passée de cette forteresse infranchissable que sa reine Andromaque et son prince, tous deux prisonniers de Pyrrhus, roi d’Épire. Mais prisonniers, le sont-ils bien ? L’on a offert à Pyrrhus la main de la fille d’Hélène, Hermione, mais celui-ci est tombé fol amoureux d’Andromaque et c’est elle qu’il désire et veut épouser. Toutefois, Andromaque ne peut se résoudre à épouser l’homme qui tua son ancien époux, Hector et cela même si toute la Grèce désire la tête de son fils et l’obtiendra si elle n’acquiesce pas à la demande de Pyrrhus.

D’un autre côté, il y a Hermione, très attachée à Pyrrhus, elle ne peut supporter l’idée qu’il ne lui soit pas fidèle et lorsque entre en scène le fils d’Agamemnon, Oreste qui la désire depuis des années et qui s’était enfui afin de ne plus la voir et de mettre à mort l’amour qu’il ressent pour elle, la jeune femme voit là l’occasion parfaite de se détacher de Pyrrhus (ou peut-être de se venger ??). Andromaque acceptera-t-elle finalement d’épouser Pyrrhus et celui-ci tuera-t-il le fils d’Hector afin de ne pas faire de toute la Grèce, son ennemi ? Et Oreste quittera-t-il Épire en amenant Hermione et jusqu’à quel point celle-ci est attachée à Pyrrhus. Ouff …

Commentaires etoile_105.gifetoile_105.gifetoile_105.gifetoile_105.gifetoile_105.gif


En lisant cette pièce de théâtre, j’ai pris conscience à quel point l’être humain qu’il soit de l’époque de Racine ou bien de la nôtre ne change pas vraiment. Il n’y a qu’à voir Pyrrhus qui se jure de ne plus jamais succomber aux charmes d’Andromaque et de tuer son fils et pourtant, il ne peut s’empêcher d’aller la voir une dernière fois. Je suis donc le parfait exemple pour dire que oui, nous sommes toujours ainsi, j’ai moi-même beau me dire que je ne reverrai plus l’homme qui m’intéresse puisque je ne suis pas sûre qu’il me soit attaché d’une façon ou d’une autre et que nos conversations sont trop distantes, je ne peux pourtant m’empêcher de désiré le voir et d’espérer toujours …

Huumph, parfois c’est dur la vie et je voudrais bien continuer sur une note plus gaie, mais c’est quand même sur le ton de la tragédie grecque que Racine a écrit cette pièce et il n’y a pas à dire … c’est vraiment une tragédie qui se déroule sous nos yeux ! Oui, assurément une tragédie qui nous diverti l’espace d’un instant, mais c’est horrible de voir à quel point les grands exploits peuvent être si facilement détruits dans cette pièce et il n’y a qu’à regarder comment le fils d’Agamemnon, le fils d’Achille et la fille d’Hélène peuvent tomber bas devant le fol amour (ouf, suis-je ainsi moi aussi ?). Anyway, arrêtons de parler de mes amours et disons simplement, qu’il s’agissait d’une excellente pièce de théâtre quoique parfois difficile à comprendre, mais si l’on s’applique un tant soit peu à la comprendre, le restant vient tout seul.

Extrait :

<< Seigneur, voyez l'état où vous me réduisez. 

J'ai vu mon père mort, et nos murs embrasés. 

J'ai vu trancher les jours de ma famille entière, 

Et mon époux sanglant traîné sur la poussière, 

Son fils seul avec moi réservé pour les fers. >> p.61 

Autres livres de l'auteur : 

- Athalie (1691)

- Esther (1689) 

- Phèdre (1677) 

- Iphigénie (1674) 

- Britannicus (1669) 

- etc 

Posté par GeishaNellie à 21:04 - Littérature de théâtre - Commentaires [0] - Permalien [#]

dentelle


Commentaires sur Andromaque

Nouveau commentaire