14 février 2008

Othello

Othello__pochette_William Shakespeare (1564-1616)

Édition Librio

91 pages

1996

Othello est un grand soldat, tous les louanges sont pour lui, il est courageux, il est honnête homme et il a vécut des aventures si extraordinaire qu'elles ont séduites la plus belle et la plus farouche des femmes : Desdémona, la fille d'un des sénateurs de Venise. Malheureusement pour lui, Othello a commis une seule erreur de jugment qui le mènera au plus tragique dénouement : il a pris à son service Iago dont la jalousie pour Cassio et la haine envers Othello le poussera à tenter de détruire les deux hommes, ainsi que Roderigo, un des soupirants éconduits de Desdémona.

Commentaires etoile_105.gifetoile_105.gifetoile_105.gif

Je croyais que j'étais partie depuis un certains temps sur une balloune-de-positivisme-vraiment-le-fun-à-vivre car tout ce que j'écoutais, je lisais ou que je goûtais me plaisait, mais en voici un qui l'aura fait exploser (pour un temps seulement, ce n'est pas grave). Étrangement, cette pièce de théâtre ne m'a pas vraiment plût peut-être est-ce parce qu'elle n'est pas en vers ou je-ne-sais-trop-quelle-raison, mais tout me déplaisait, même le thème de la jalousie me mettait très mal à l'aise. J'avais de la misère à supporter l'idée que dans ce temps-là pour détruire la réputation d'une femme tout à fait intègre il ne suffit que d'une rumeur, d'un mensonge (maudit Iago !) qu'elle est trompée son mari pour faire croire qu'elle était maintenant une putain. Les termes employés aussi pour décrire les femmes et l'aspect sexuel de la vie conjugale me semblait beaucoup moins poétique que ce à quoi je suis habituée en théâtre (d'accord, je suis peut-être un peu exigente). Pourtant, j'ai lu à deux reprise Roméo et Juliette du même auteur et je l'ai apprécié, donc cela n'est aucunement lié à Othello, mais simplement à un malaise venant de moi. Donc, pardonnez-moi les fans de Shakespeare.

Extrait

<< Alors je parlai de chances désastreuses, d'aventures émouvantes sur terre et sur mer, de morts esquivées d'un cheveu sur la brèche menaçante, de ma capture par l'insolent ennemi, de ma vente comme esclave, de mon rachat et de tout ce qui suivit. Dans l'histoire de mes voyages, des antres profonds, des déserts arrides, d'âpres fondrières, des rocs et des montagnes dont la cime touche le ciel s'offraient à mon récit : je les y plaçai. Je parlai des cannibales qui s'entre-dévorent, des anthropophages et des hommes qui ont la tête au-dessous des épaules. >> p.17

Autres livres de l'auteur

- Hamlet (1600) Hamlet
- Le songe d'une nuit d'été (1595) A Midsummer Night's Dream
- Roméo et Juliette (1595) Romeo and Juliet
-
Le viol de Lucrèce (1594) The Rape of Lucrece
- La mégère apprivoisée (1594) The Taming of the Shrew

Lu pour le Challenge ABC 2008

Posté par GeishaNellie à 18:09 - Littérature de théâtre - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dentelle


Commentaires sur Othello

Nouveau commentaire