06 juillet 2008

Les exclus

les_exclus__pochette_
Elfriede Jelinek (1946-)

Éditions Jacqueline Chambon

273 pages

1994

Vienne dans les années cinquante, l'après-guerre. À cette époque, la jeunesse n'a pas encore de culture qui lui est propre, elle vogue entre le passé toujours omniprésent et ses rêves d'avenir. C'est dans ce cadre, que l'auteur implante ses personnages. Tout d'abord les jumeaux Witkowski, Rainer et Anna qui amoureux de la culture l'étale autour d'eux avec arrogance tout en essayant de cacher tant bien que mal leur origine très pauvre. Pourtant, leur mère venait d'une famille de professeurs, mais désormais elle fait les ménages chez les riches et fait la pose pour l'appareil photo du père, ancien S.S., maintenant unijambiste et photographe érotique. Il y a aussi Hans, né dans le quartier ouvrier, d'une famille qui toujours se sera battue pour le droit des travailleurs au point même où son père en a perdu la vie. Hans, lui, rêve de vivre une vie de riche au grand désespoir de sa mère qui croit le voir << quitter le bon chemin >>. Puis, il y a Sophie, gamine de riche, elle est insaisissable, rien ne la touche même pas l'amour que Rainer et Hans ressente pour elle.

Ensemble, ils commettront des agressions afin de s'approprier l'argent de leurs pauvres victimes. Rêvant constamment de réaliser des délits encore plus grave, Hans et Sophie iront jusqu'à poser une bombe. Toujours avides de faire leurs preuves, ils établiront des plans d'actes criminels de plus en plus violents et cruels. Justement, c'est sur une scène au comble du cruel et du sanguinaire que le livre se termine.

Commentaires etoile_105.gifetoile_105.gifetoile_105.gif

Si la pédanterie des jumeaux WitkoswkiWitkoswkiWitkoswkiWitkoswki peut énerver, l'étendu de leur culture même si souvent mal utilisée, étonne et séduit. Les rêves de Hans de s'élever au-dessus de la masse pauvre des travailleurs et son désir d'étudier et d'accumuler de la culture nous attache aussi à ce personnage. Sophie, elle, nous semble complètement distante, elle est un personnage insaisissable au-dessus de tout, sans véritable rêves, son avenir étant déjà tracé peut-être ne lui reste-t-il qu'à vivre le moment présent et c'est en ce sens qu'elle nous plaît. Les personnages d'Elfriede Jelinek savent donc nous plaire, on s'y attache et l'on vient àElfriede_Jelinek comprendre leurs désirs et leurs colères, mais sans pouvoir s'approprier la compréhension de leur besoin de vengeance.

Un très bon livre, mais sans plus car la violence qui s'y trouve nous semble irréelle et complètement inutile, toutefois l'écriture d'Elfriede Jelinek nous dévoile une auteure d'un talent incroyable avec une grande culture. Ce n'est pas pour rien qu'elle a remporté le Prix Nobel de Littérature en 2004.

Autres livres de l'auteure :

- Avidité (2000)
- Enfants des morts (1995)
- Méfions-nous de la nature sauvage (1985)
- Le pianiste (1983)
- Les amantes (1975)

Lu dans le cadre du Challenge ABC 2008

Posté par GeishaNellie à 15:29 - Littérature de l'Europe Centrale - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dentelle


Commentaires sur Les exclus

Nouveau commentaire