13 février 2009

Assèze l'Africaine

ass_ze_l_africaineCalixthe Beyala

Éditions Albin Michel

1994

348 pages



Assèze-Christine est une petite Camerounaise née dans un village très pauvre d'une femme ne s'étant jamais mariée à une époque où vivre sans homme est plus que difficile, voir presque impossible. Voilà que débarque Awono l'ancien ex-fiancé de sa mère devenu richissime, celui-ci demande à la femme de lui laisser sa fille unique enfin qu'il l'amène auprès de sa propre fille devenu une incroyable chipie, espérant désespérément qu'elle lui apprenne à être plus raisonnable. Dès la première rencontre avec Sorraya, la seule enfant d'Awono, l'on sait immédiatement qu'Assèze ne saura rien lui apporter, mais que bien au contraire, la jeune fille deviendra une vraie martyre. Constamment torturée psychologiquement par Sorraya, une haine immense naît en Assèze et autant elle aime le père, autant elle ne supporte pas la fille.

Dès le début du livre, nous savons qu'Assèze se sent coupable de la mort de Sorraya, mais dans un pays aussi bouleversé on se demande à plusieurs reprises alors que l'on tourne les pages : quand ? comment ? Mais la vérité ne nous apparaîtra qu'à la toute fin et ce que ce livre nous dévoile se sont les tourments de cette jeune Assèze, véritable miroir de son pays en décrépitude souffrant de la pauvreté, de la révolution et de la maladie.

Commentaires etoileetoileetoile

Si au tout début ma lecture m'a parut quelque peut inintéressante, car je ne voyais jusqu'ici rien de bien bien nouveau dans ce roman où l'on parle de la misère africaine (mais je suis une barbare, moi !) et de lacalixthe_beyala blanchisation des noirs (désolé pour ce mot inventé (en fait, je crois qu'il l'est) mais vous comprenez ce que je veux dire) afin d'atteindre un meilleur statut de vie. Mais cela a bien changé lorsque notre très chère Assèze débarque en France, car elle y amène avec elle son bout d'Afrique, sa nostalgie de son pays, ses rêves devenant bientôt des désillusions et où elle découvre une tout autre misère. Tout cela a sut me captivé et j'ai sursauté avec notre héroïne en voyant à quel point son destin était tracé d'avance car toutes ces personnes qu'elle quitte lui revienne de façon inattendu. J'ai aussi pleuré et hurlé de rage en voyant que là où la vie lui avait permis de se sortir de mauvaise relation en Afrique, elle le lui faisait revivre avec milles tourments en France.

Ce que ce roman m'a montré, c'est qu'il n'y a pas de paradis pour ceux qui quittent leur pays, pas de terre d'accueil parfaite, car l'on souffre de vivre loin de chez nous même si celui-ci était devenu invivable. Et comment vivre paisiblement loin de notre pays lorsque l'on sait que celui-ci, loin de s'en sortir est en train de dépérir à la vue de tous sans qu'aucun de puisse faire quelque chose. Tout ce qui est maintenant possible de faire, c'est de se retrouver entre personnes de la même nationalité que nous et de se tenir frileusement dans les souvenirs passés communs.

Extrait (plein d'extraits me sont venus, spécialement les passages de mélancolie face à l'Afrique, mais je me suis dit que je vous ferais plutôt lire ces quelques petites lignes plus que touchantes) :

<< Durant cette réclusion, je posai 3 questions au Seigneur :

1) Quand mon peuple cessera-t-il d'avoir faim ?
Un siècle après ta mort, ma fille, me répondit-Il.

2) Quand cessera-t-il de crever de maladies ?
Deux siècles après ta mort, ma fille.

3) Quand cessera-t-il d'avoir honte ?
Et Dieu pleura. >>
p.287

Autres livres de l'auteur :

- L'homme qui m'offrait le ciel (2007)
- Femme nue femme noire (2003)
- Comment cuisiner son mari à l'africaine (2000)
- Maman a un amant (1993)
- Tu t'appelleras Tanga (1988)

Voir ces deux sites pour plus d'informations sur l'auteure :
- http://aflit.arts.uwa.edu.auaflit.arts.uwa.edu.au/BeyalaCalixthe.htmlBeyalaCalixthe.html (bon site pour les romans)
- http://calixthe.beyala.free.frcalixthe.beyala.free.fr/ (site de l'auteure elle-même)

Posté par GeishaNellie à 20:23 - Littérature africaine - Commentaires [0] - Permalien [#]

dentelle


Commentaires sur Assèze l'Africaine

Nouveau commentaire