28 janvier 2010

Les intermittences de la mort

les_intermittences_de_la_mortJosé Saramago

Éditions du Seuil

2008

262 pages

Dans le pays X (je le nomme ainsi) soudainement à la première seconde de la nouvelle année, les gens cessent de mourir. Il en est ainsi pendant des mois. Ce qui fut alors une grande joie se change en consternation puis en horreur lorsque les gens comprennent dans quel pétrin ils se trouvent. Laissez-moi vous expliquer. Les gens dans le pays X sont immortels, ont ne peut pas leur enlever la vie, mais ils vieillissent malgré tout, de leurs blessures mortelles ils ne guérissent pas, ils restent alors perpétuellement dans le coma. Les moribonds s'accumulent alors dans les hôpitaux, puis dans les foyers et finalement dans les familles de ceux-ci. Alors lorsque la mort décide de revenir faire son boulot, tous l'accueille avec plaisir.

smiley etoilesmiley etoilesmiley etoile J'avais précédemment lu de cet auteur, L'aveuglement que j'avais vraiment apprécié. J'aime l'écriture désordonnée de Saramago, son absence de paragraphes, de points, de chapitres et sa prolifération de virgules où devrait se trouver tous les éléments précédemment listés. Je sais que pour certains c'est rebutant, mais moi ça me fait jubiler et ces derniers temps (je touche du bois hi hi) j'ai tendance à trouver des auteurs qui savent créer une ambiance et nous captiver. Côté ambiance, Saramago est le maître ! Il nous met face au vrai visage de l'humanité qui est sombre et dur à supporter, puis au moment où l'on a le goût de demander que cela finisse, il nous montre que tout n'est pas si mal. Il oppose les deux facettes de la personnalité humaine d'une façon exquise. De plus, je ne sais pas où il va chercher ses histoires, mais si vous connaissez la phrase qui dit : << devant une feuille de papier blanche, tout peut être écrit >> et bien, Saramago l'a parfaitement compris ! Je chéris son imagination ! Le seul hic à ma lecture (malheureusement cela lui a valut de perdre 2 étoiles) c'est les explications parfois sempiternellement longues, mais il le sait et il s'en excuse, c'est ça le plus étonnant ! Notons aussi une fin un peu en queue de poisson, mais pas tout à fait, du genre que l'on ne peut pas vraiment qualifié, mais qui est malgré tout, meilleure qu'une vraie fin en queue de poisson.

Posté par GeishaNellie à 21:51 - Littérature portugaise - Commentaires [8] - Permalien [#]

dentelle


Commentaires sur Les intermittences de la mort

    Le style de cet auteur me fait un peu peur même si les sujets de ses livres me tentent bien. J'essaierai sûrement un jour.

    Posté par zarline, 29 janvier 2010 à 05:41 | | Répondre
  • @ Zarline : Oui, je sais que son style peut faire peur à prime abord, mais laisse toi tenter. C'est vraiment un excellent auteur

    Posté par GeishaNellie, 30 janvier 2010 à 09:41 | | Répondre
  • Tout comme toi j'ai lu et aimé "l'aveuglement". Les intermittences de la mort est dispo à la médiathèque, il me tentait beaucoup et ton avis fait qu'il me tente encore plus !!!!

    Posté par sylvie/Cerisia, 01 février 2010 à 07:47 | | Répondre
  • @ Sylvie/Cerisia : C'est un très bon livre pour quelqu'un qui sait déjà aimé cet auteur

    Posté par GeishaNellie, 01 février 2010 à 12:08 | | Répondre
  • Je ne suis pas sûre qu'un tel roman me plaise... Cela dit, j'adore et la couverture et le titre. A voir!

    Posté par Marie L., 05 février 2010 à 09:58 | | Répondre
  • @ Marie L. : C'est vrai qu'il n'est pas pour tout le monde, mais il est aussi vrai que cette collection fait vraiment des belles pages couvertures.

    Posté par GeishaNellie, 08 février 2010 à 11:53 | | Répondre
  • Comme toi, je suis subjuguée par cet auteur aux longues phrases passionnates. Il est vrai que ce roman est parfois longuet, mais quel plaisir de lecture!

    Posté par sybilline, 13 février 2010 à 13:50 | | Répondre
  • @ Sybilline : J'ai rencontré peu de personnes qui l'aimaient pour les mêmes raisons que moi et ça fait plaisir d'en rencontrer une

    Posté par GeishaNellie, 14 février 2010 à 19:04 | | Répondre
Nouveau commentaire