25 octobre 2011

Soulever les montagnes : l’oeuvre du Dr. Paul Farmer

MCQuebecLu dans le cadre d’un partenariat avec Babelio Masse Critique Québec et les éditions Boréal

 


soulever les montagnes

 

Tracy Kidder

Boréal

2011

384 pages

 

 

Paul Farmer est le fondateur de PIH, Partners in Health, un organisme à but non-lucratif qui travaille dans de nombreux pays afin de donner des soins de santé à ceux qui ne peuvent s’en payer. Le travail du docteur Farmer a influencé de nombreux autres médecins, mais a surtout permis un changement important dans la façon dont l’OMS (organisation mondiale de la santé) suggérait de traiter la tuberculose multirésistante. Dans cette biographie, Tracy Kidder nous relate le combat acharné de cet homme contre les épidémies de sida et de tuberculose qui menacent constamment d’éclorent ou qui le sont déjà, mais il nous dévoile aussi un être humain amoureux fou d’Haïti. Constamment, Paul Farmer déplore le fait que l’implication de PIH dans le monde l’éloigne trop souvent de ce pays qu’il adore … tout en continuant à s’impliquer partout, pour lui il n’y a jamais assez d’heures dans une journée afin d’aider les autres.

 

4coeurs copyPaul Farmer oeuvre en Haïti depuis de très nombreuses années et je dois avouer que, malgré les liens étroits qui unissent ce pays au nôtre, je ne connaissais pas du tout Partners in Health. Je ne suis peut-être pas la seule, mais je trouve cela bien triste quand on pense à tout ce que ce médecin américain a réalisé jusqu’ici. Bien entendu, il y a ces hôpitaux propres et dispensant des soins gratuits aux haïtiens, mais je parle aussi de la victoire qu’il a gagné contre les compagnies pharmaceutiques en réussissant à faire fabriquer des produits génériques beaucoup moins chers permettant ainsi que les pauvres souffrant de tuberculose multirésistante ou du sida soient soignés et ce, malgré les considérations monétaires.

Ce que cet homme a accompli est incroyable et cette biographie qui, soit dit en passant, a été traduite grâce à la chanteuse du groupepaul farmer Arcade Fire, Régine Chassagne, nous permet de voir tout ce qu’il a changé autour de nous, alors même que nous l’ignorons. Soulever des montagnes, c’est vraiment ce que fait le Dr. Paul Farmer ! Toutefois, cette oeuvre n’a aucune prétention de nous présenter l’homme comme un dieu de perfection, mais plutôt tel qu’il est avec ses défauts et ses qualités, chose que j’ai grandement appréciée. Si ce roman a été pour moi une vraie découverte, il se peut qu’il soit pour d’autres, un peu lourd à lire avec tous ces termes scientifiques. Toutefois, il faut s’y attendre, car pour comprendre le médecin, il faut rencontrer ses patients qu’il soigne avec passion, allant parfois même jusqu’à faire 11 heures de route pour atteindre une masure décrépite où se terre l’un d’eux, la plupart du trajet se faisant à pied. Bien entendu, une des raisons d’être de ces pages, sont de nous faire découvrir la pauvreté de ces êtres démunis et de nous sensibiliser à cette cause. Toutefois, comme Paul Farmer le dit lui-même, l’idée n’est pas de faire la même chose que lui et d’essayer de suivre son rythme de vie démentielle (rythme qui rend la vie de famille terriblement difficile), mais plutôt de comprendre ce qu’il fait et peut-être d’en faire un peu à notre tour. Autant qu’il nous est possible, du moins.

Un gros merci à Babelio et aux éditions du Boréal pour ce livre qui change notre vision de la vie !

Extrait

« […] Nom de Dieu, comme s’il ne suffisait pas que les Haïtiens soient aux prises avec tous les maux de la Terre, il faut aussi qu’ils soient doués d’une sensibilité aiguë qui confère aux mots un pouvoir destructeur. » p.50

« Il y a aujourd’hui plus de milliardaires que jamais auparavant, a déclaré Jim [Jim Yong Kim]. Jamais la planète n’a connu une telle richesse. Et les seules fois où j’entends parler entre nous, entre universitaires, de ressources qui vont en diminuant, c’est lorsqu’il est question de projets qui concernent les pauvres. » p. 203

« Le Massachusetts est un grand État. On y trouve un labo formidable, des tas de médecins spécialistes de la tuberculose, des tas d’infirmières spécialisées elles aussi, des tas de chercheurs en labo qui se spécialisent en tuberculose. La seule chose qu’on n’a pas ici, c’est la tuberculose. » p.277

« En fait, les grandes fondations avaient tendance à financer des campagnes aux objectifs précis et à viser des maladies très médiatisées. » p.292 Sur cet extrait, je me permet de citer quelques exemples : cancer du sein, AVC, diabète et maintenant, cancer de la prostate.

Posté par GeishaNellie à 20:24 - Littérature biographique/autobiographique - Commentaires [0] - Permalien [#]

dentelle


Commentaires sur Soulever les montagnes : l’oeuvre du Dr. Paul Farmer

Nouveau commentaire