07 novembre 2011

La joue droite

La joue droite II

Claire Martin

Le cercle du livre de France

1966

209 pages


Récit autobiographique où l’auteure nous dévoile son enfance dans l’entre deux guerres. Dans ce second tome, Claire Martin continue ses révélations sur son père violent et sa vie au pensionnat. Ce livre a gagné le prix David, le prix du Gouverneur Général et le prix Jean-Hamelin (devenu prix France-Québec, gagné ex aequo avec Marie-Claire Blais pour Une saison dans la vie d’Emmanuel).

4coeurs copyMa lecture du premier tome, Dans un gant de fer, c’était faite plutôt à la diagonale, car j’avais l’impression qu’au final, tout revenait au même : le plus grand des malheurs pour les enfants de cette famille et j’avais beau me dire que ce qui a été écrit est véridique, j’étais incapable de me le mettre en tête. Toutefois, cette lecture-ci a été bien différente. J’ai été terriblement touché par ces enfants dont la vie ne va que de mal en pis, car bien entendu, il y a le père qui les bat, mais surtout qui leur fait subir les pires tortures psychologiques, il y a les soeurs du couvent qui, bien souvent, savent plus faire du mal aux enfants que de les aider, il y a la méchante belle-mère qui arrive dans le décor (exactement celle qu’on ne voulait pas !) et surtout, il y a la solitude d’être exilé de toute la famille compatissante de la mère (décédée dans le précédent tome). Pour ces enfants, le seul bonheur est sûrement de pouvoir se soutenir mutuellement dans les mensonges de la vie quotidienne. Effectivement, tout n’est devenu que mensonges pour ces enfants afin de survivre à leur père et c’est d’ailleurs, ce qui donne de l’humour à ce roman, car toute cette duperie ne fait que le pousser à trouver autre chose pour se fâcher (la colère étant son but ultime) et donc, souligner sa stupidité.couvent notre-dame

Tout le long du livre, on a l’impression qu’il n’y a, pour ces enfants, aucun avenir, car ils sont si bien attachés à la maison, surveillés dorénavant par la belle-mère. Comment se marier et quitter la maison paternelle si on ne peut rencontrer d’homme ? Et puis, d’ailleurs, qu’est-ce que le mariage ? Ces enfants sont si naïfs, ils ont été tellement cloisonnés à l’intérieur qu’ils ne savent rien de la vrai vie et pourtant leur père et le curé les accusent des pires méfaits dont ils ignorent même l’existence ! Tout ce que la petite Claire sait, c’est que pour partir, elle devra se trouver un mari. Eh oui, la religion catholique était terriblement dure envers les femmes et les Québécois ont été très opprimés par elle.

Si je devais vous donner une seule raison de lire ce livre, je vous dirais de le faire pour découvrir cette période d’obscurantisme religieux vécut par une petite fille, donc par le sexe faible. Dur à lire émotionnellement parlant, mais vraiment un excellent livre. J’ignore si l’auteure a continué à raconter son histoire dans d’autres tomes, mais j’aimerais que ce soit le cas, afin de pouvoir savoir comment elle a réussit l’exploit de quitter ce lieu horrible.

Extrait

«Quand elle ne me racontait pas l’histoire de la machine à écrire, mère
Saint-Justinien m’entretenait de la vocation religieuse. Je ne sais pas si on
s’était mis à donner une prime pour le recrutement, double ration de desserts,
mais c’est fou ce qu’on cherchait «les sujets» cette année là»
p.83

«Je ne comprenais pas comment il se faisait que nous avions été,
d’avance, condamnés à être haïs, mais que nous avions été faits quand même.
L’horreur de cette équation me confondait et quand, par-dessus le marché, mon
père réclamait ma reconnaissance parce que son petit frisson sans joie m’avait
amenée là où j’étais, la colère m’étouffait.»
p.108

À voir :
Je vous invite à aller voir cette vidéo créé pour le 400ième de la ville de Québec où Claire Martin nous présente différents endroits qu’elle a connue.
http://video.telequebec.tv/video/126/claire-martin-ecrivaine

Autres livres commentés:
- Dans un gant de fer

Posté par GeishaNellie à 18:05 - Littérature québécoise - Commentaires [0] - Permalien [#]

dentelle


Commentaires sur La joue droite

Nouveau commentaire