03 décembre 2011

Revues québécoises

Je suis récemment tombé sur la revue Le libraire à ma bibliothèque, je la lisais il y a de cela un certains temps, mais je n’avais pas continué, j’ai tout de même décidé de me lancer dans sa lecture. Si, comme beaucoup des revues littéraires, elle laisse plus de place aux nouveautés qu’aux autres livres, je dois avouée que j’ai été séduite par la diversité des livres commentés, la pertinence des sujets, la qualité des écrits et surtout, l’espoir de pouvoir enfin faire confiance dans les conseils de lecture de quelqu’un (plusieurs quelqu’un qui te laisse un grand choix de titres). Pour lire en format pdf, cliquer sur les images.

318656_239385986116894_179817905407036_613966_233422213_n

  • Dossiers/chroniques/entrevues que je vous suggère de lire :

1.  « Ce qu’un régime a de dur pour l’art … », Stanley Péan
Pourquoi ? Pour connaître l’impact de la politique Harper dans les coupures de financement aux projets culturels (étrangement, spécialement lorsqu’il s’agit d’association francophone). Je souligne aussi un projet de réforme de la loi canadienne sur les droits d’auteurs qui donne froid dans le dos. Le résultat ? «[…]un piètre niveau de littératie au pays, la régression des résultats scolaires chez les jeunes, le retard dans la recherche de pointe […]» Brrrr … c’est ça être Canadienne ??

2.   «Le goût du théâtre», Guylaine Jacob
Pourquoi ? Pour apprendre comment/pourquoi aimer la lecture des pièces de théâtre et la différence entre la pièce en livre et sur scène. En plus, nous avons le droit à quelques suggestions de nouveautés … théâtres Clignement d'œil

3.   «Bâtir un livre»
Pourquoi ? Pour mieux faire comprendre aux néophytes, comme moi, les étapes par lesquelles passent un livre à partir du moment où le manuscrit quitte les mains de l’auteur et atterrit dans les nôtres, avec une reliure. On apprend aussi l’impact du livre numérique sur cette chaîne dans laquelle travaille de nombreux professionnels, mais aussi celle des grandes surfaces. En fait, n’importe quoi peut faire concurrence avec une librairie, que se soit Amazon, Costco ou même une pharmacie ! Ouf, c’est dur dur d’être un libraire ! Mais bien entendu, il n’y a pas que des côtés positifs à cette business, comme partout il y a du gaspillage … Vraiment très intéressant et instructif.

4.  «Mission : combattre les injustices», Catherine Lalonde
Pourquoi ? Pour découvrir le visage de la présidente du parti Québec Solidaire, Françoise David. Enfin une personne qui comprend l’importance du mouvement des indignés ! Mais surtout, enfin une politicienne qui s’inquiète et se révolte face aux grandes réalités de notre système gouvernemental qui siphonnent notre patience de payeurs de taxes, mais surtout nos poches ! Bien entendu, si cette entrevue a été réalisée pour la sortir de son livre De colère et d’espoir, Françoise David se permet, sans mettre trop d’emphase, de souligner les désirs de son parti de modifier les injustices sociales.

5. «Irrésistible Paul», Cynthia Brisson
Pourquoi ? Je ne suis pourtant pas fan de la série Paul et de son créateur, Michel Rabagliati. En fait, à force de m’en faire rabattre les oreilles, je me suis tenue très loin de la série et je ne comprenais donc pas pourquoi des dessins si simplistes étaient devenus si populaires. Cette petite entrevue avec le créateur me donne donc réponse à mes interrogations et, bien entendu, aura finit de faire céder mes dernières barrières qui me faisaient résister à la tentation d’ouvrir un Paul.

Les petits-à-côté que je désire souligner :
(un des petits plaisirs que j’ai découvert avec Le libraire, c’est leur section Entre Parenthèses qui revient plusieurs fois et nous apprend des nouvelles du monde littéraire). Pour plus de détails, je vous invite à aller lire la revue numérique au http://www.lelibraire.org/

1.   Un livre de coloriage sur le 11 septembre, hein ? Il n’y avait que des Américains pour laisser leurs enfants peinturlurés des avions qui s’écrasent dans les tours jumelles !

2.  Une poursuite contre Google par Albin Michel, Flammarion et Gallimard, abandonné !

3.  Un livre fait à partir de paille pour le nouveau roman de Margaret Atwood ! Soulignons que cette paille devait être brulée, puisque les fermiers n’en voulaient pas ! C’est la première fois que cette technique est utilisée en Amérique du Nord.

Côté livres que j’ai retenus :
Théories en 30 secondes, Paul Parsons, Les derniers jours de Smokey Nelson, Catherine Mavrikakis, L’homme de la Saskatchewan, Jacques Poulin, Anaïs au Japon ou l’invraisemblable obédience des types en noir, Étienne Vestraelen, Les bonnes filles plantent des fleurs au printemps, Claudia Larochelle, Le cas Sneijder, Jean-Paul Dubois, La petite, Michèle Halberstadt, Du domaine des murmures, Carole Martinez, Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigam, La maison hantée de Sallie, Debra Pickman, De colère et d’espoir, Françoise David, L’appât, José Carlos Somoza, 90 autres livres cultes à l’usage des personnes pressées, Henrik Lange, Les yeux bleus de Mistassini, Jacques Poulin

383982_252684491453710_179817905407036_645211_1961308204_n

Et maintenant, un numéro hors-série de la même revue, mais cette fois-ci, axée sur la littérature québécoise. Bon, j’avoue que je n’ai pas vraiment vu la différence entre le spécial littérature québécoise et la revue ordinaire, mais quand même … Ce qu’il y a d’intéressant, c’est surtout le retour sur les meilleures sorties de l’année 2011 selon cette équipe de libraires. Cette fois-ci, je l’ai lu directement sur leur site (cliquer sur la photo pour faire de même).

Histoire d’éviter de vous embêter, je vous met seulement les titres que j’ai retenue :
Il pleuvait des oiseaux, Jocelyne Saucier, Le sablier des solitudes, Jean-Simon DesRochers, Kuessipan, Naomi Fontaine, De quoi le Québec a-t-il besoin ? Barbe, Bazzo et Marissal

Terminons le tour de mes revues de littérature avec celle, payante cette fois-ci, qui atterrit à toutes les saisons dans ma boîte aux lettres.

image_dimensions

 

 

Dans cette édition, Entre les Lignes nous propose de nous faire découvrir une thérapie bien spéciale, soit celle des livres. La bibliothérapie ne peut peut-être pas soigné ou est difficile d’accès lorsque la maladie ou la souffrance nous fait nous replier sur nous-mêmes, mais il est un baume incroyable sur les bobos de la vie et la solitude. Grâce à la lecture, nous pouvons découvrir des personnages qui vivent la même chose que nous et qui nous aide à comprendre notre douleur.  

  • Auteur à l’honneur : Jacques Poulin que, bien entendu, j’adore maintenant que je l’ai vu avec un chat dans ses bras. Aaah, ce sont les plus belles photos Clignement d'œil En tout cas, ça ma vraiment donné le goût de relire Volkswagen Blues que j’avais beaucoup aimé au secondaire.
  • Entrevue éclair : Laurent Gaudé
  • Lieu du lire et de l’écrire : La bibliothèque de Josée Blanchette, la première qui avoue avoir une PAL qui a droit à son coin de bibliothèque ! Je me sens rassurée …
  • Artiste invité : Fanny Mallette

Les livres que je retiens : 100 romans de première urgence pour (presque) tout soigner, Stéphanie Janicot, Famille modèle, Eric Puchner.

Posté par GeishaNellie à 18:43 - Revues - Commentaires [0] - Permalien [#]

dentelle


Commentaires sur Revues québécoises

Nouveau commentaire