26 mai 2012

C’était au temps des mammouths laineux

3ee4d8cl

 

Serge Bouchard

Boréal

2012

232 pages

Pour décrire ce recueil de 25 essais, je laisse ma place au dos de couverture qui en dévoile un extrait magnifique. Serge Bouchard saura mieux que moi utiliser les mots appropriés pour parler de son oeuvre Clignement d'œil

« Je suis un grand-père du temps des mammouths laineux, je suis d’une race lourde et lente, éteinte depuis longtemps […] Dans notre monde où l’imagerie était faible, l’imaginaire était puissant. Je me revois jeune, je revois le grand ciel bleu au-delà des réservoirs d’essence de la Shell, je me souviens de mon amour des orages et du vent, de mon amour des chiens, de la vie et de l’hiver. Et nous pensions alors que nos mains étaient faites pour prendre, que nos jambes étaient faites pour courir, que nos bouches étaient faites pour parler. Nous ne pouvions pas savoir que nous faisions fausse route et que l’avenir allait tout redresser. »

4coeurs copy J’avais déjà entendu parler de ce nouveau livre de Serge Bouchard, mais comme beaucoup, je ne connaissais guère cet homme (et pourtant, il a à son actif près de dix essais !). Alors lorsque je suis allée faire un tour à la librairie ce n’était sûrement pas pour me procurer sa dernière création, mais après maints frissons et même quelques larmes au coin des yeux en le feuilletant, je ne pouvais pas le laisser sur sa tablette !

Certains penseront qu’il s’agit ici des paroles d’un «vieux» qui ressassent avec mélancolie sa jeunesse passée, mais même s’il y a un peu de cela, Serge Bouchard est loin de ne plus être de notre temps. Il a évolué avec le monde, il n’est pas «passé date» comme dirait certains. Tous ces petits essais, ce sont autant de note que l’auteur a prise au fil de ses pensées et du temps. Elles sont d’autant plus frappantes qu’elle nous font découvrir un homme qui a déjà beaucoup vécu. Mais vécu quoi ? Assurément une vie bien particulière, beaucoup de pauvreté pour cet homme qui n’a jamais vraiment jouie de la chance côté travail, mais une existence riche en rencontre humaine. Effectivement, cet anthropologue de carrière, s’est intéressé aux tributs autochtones pour finalement, se pencher sur les camionneurs, mais ses connaissances sont vastes et elles s’étendent bien au-delà. Avec cet écrit c’est un peu des autres, mais beaucoup de nous-mêmesdynamic_resize qu’il nous fait découvrir grâce à ses connaissances historiques que peu de personnes possèdent.

Bien entendu, plusieurs passages nous font découvrir la vie de Serge Bouchard mais encore là, aucun ennui, car se sont sûrement les moments les plus chargés d’émotions et les plus intéressants à lire. D’ailleurs, c’est l’un d’eux qui m’a donné le goût de pleurer en pleine librairie.

«C’était un cancer de la plèvre. Nous ne connaissions pas ce mot, mais nous l’apprîmes ce lundi-là. Disons l’enveloppe du poumon. C’est peut-être le cancer le plus douloureux qui soit en raison de la concentration des nerfs dans ces parages. Le bon médecin se leva, il te prit dans ses bras, toi qu’il admirait, toi qu’il connaissait si bien depuis onze ans qu’il te soignait, et il pleura. » p.98  

Je me relis en ce moment et ma phrase «se sont sûrement les moments les plus chargés d’émotions et les plus intéressants à lire» me fait un peu friser les oreilles (ça se dis-tu ça ??). Je m’explique : dans ce recueil d’essai Serge Bouchard nous fait partager ses connaissances avec générosité. Il nous fait découvrir des évènements historiques peu connus, disons carrément oublié du grand public et je ne me peu décidément pas balayer ça d’un revers de la main ! Alors, pour éviter de continuer à me mettre un pied dans la bouche je ne continuerai ce billet qu’en disant ceci : ce livre est bon du début à la fin. Voilà, j’en ai tout dit Clignement d'œil si ce n'est qu'en vieillissant, je voudrais bien faire partie de cette race lourde et lente.

la plume québécoise

Posté par GeishaNellie à 09:54 - Littérature québécoise - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

dentelle


Commentaires sur C’était au temps des mammouths laineux

  • Je l'ai réservé à la bibliothèque et j'attends de le lire avec impatience.

    Posté par Suzanne, 26 mai 2012 à 10:42 | | Répondre
  • @Suzanne : Ah, j'ai bien hâte de lire tes comms, j'espère tellement que tu vas aimé !

    Posté par GeishaNellie, 26 mai 2012 à 19:39 | | Répondre
Nouveau commentaire