21 février 2014

Tour dans la Petite-Italie

sans-titre

Comme beaucoup de Montréalais, je fais quelque fois un tour dans le quartier de la Petite Italie pour m’arrêter dans le marché Jean-Talon (que, somme toute, je n’aimerais pas tant que ça si on n’y trouvait pas des fleurs de courgette). Je suis toutefois resté ignare des autres boutiques que comptaient ce quartier jusqu’à ce que mon coeur commence à pencher vers un beau cuisinier du nom de Stefano Faita qui y possède un restaurant et dont la mère, elle, possède une boutique d’instruments de cuisine (et oh ! horreur, qui contient aussi des armes à feux et des arbalètes !!). Bref, de fil en aiguille, la cuisine italienne commençait à me faire de l’oeil : pas beaucoup d’ingrédients, rapide à faire (en tout cas, c’est ce que Stefano me fait croire), beaucoup de variétés de légumes que je cuisine rarement et surtout, extrêmement goûteux. Dans la cuisine italienne, on ne noie pas les ingrédients sous une tonne d’épices car c’est la fraicheur et la simplicité de ceux-ci qui donne le goût au plat. Je dis ça mais j’aime tout de même beaucoup la cuisine épicée, hein. Bref, j’ai fini par me laisser convaincre d’embarquer dans cette folie qu’est devenu l’amour des Québécois pour la gastronomie italienne et la dolce vita. Il n’y avait pas meilleur endroit pour me laisser aller à cette nouvelle passion gastronomique qu’en allant faire un tour dans la Petite-Italie.

Côté épicerie, je me suis retrouvée en danger de vider mon porte-monnaie dans plusieurs établissements. Tout d’abord, le grossiste Anatol qui vend en vrac autant des épices que des fruits séchés, desanatol grossiste bonbons, des tisanes, des céréales, du riz, couscous, etc. Si je ne suis pas très prompte à acheter les épices en vrac car il s’oxyde beaucoup plus vite, c’est tout de même génial de pouvoir acheter des petites quantités lorsqu’on veut essayer certaines choses. Je me suis donc procuré du couscous de blé, du couscous israélien, du riz au jasmin (vous le croirez peut-être pas mais je n’en ai jamais acheté, j’ai honte …) et de l’orzo. Côté bonbon, je me suis pris une poignée de grain de café au chocolat et … autre chose sur lequel je garde le silence car j’y reviendrai dans un autre billet sur mes achats coup de coeur.

Second arrêt : Milano fruit et légume. C’est drôle de dire que si je ne suis pas allée pour les épices chez Épices Anatol, je ne suis pas plus allée chez Milano pour ses fruits et légumes, mais j’ai découvert marché milano beaucoup mieux ! Premier arrêt qui a rempli mes bras et m’a obligé à prendre un panier (ah zut ! ça va coûté cher) : la section des pâtes, pâtes sèches de toute sorte mais aussi pâtes fraîches à vous en donner l’eau à la bouche ! Il a fallut choisir et ça été bien difficile. Puis, arrive la section des pains, comme je n’achète pas le mien régulièrement à la boulangerie, je suis toujours impressionnée lorsque je tombe sur ces énormes miches à la croûte dure et à la mie moelleuse, il n’en fallait pas plus pour que je ne sache plus lequel prendre, il me semblait tous excellents ! Et finalement, la dernière section mais non la moindre : celle du café. Vous l’ignorez peut-être mais j’adore le café et ces temps-ci comme mes brûlements d’estomac ont reprit le dessus, j’ai coupé dans les cafés filtres pour travailler la crema de mes expressos. Voilà qu’on me suggérait des étagères complètes de café italien et non pas de grande marque sans goût, ah, tellement de produit à essayer !

Et puis, après tout ces achats comme on avait un creux, on a tenté en vain de faire un saut au caffè italia mais la quantité de gens qui s’y trouvait et l’occupation de toutes les tables nous a fait rebrousser cafe_international chemin. Second choix mais un second choix très heureux : café international. Intime, spacieux (yé! je pourrais même y amener Cassandre), excellent service et surtout, délicieux ! Ma première gorgée de cappuccino m’a fait comprendre que je ne savais pas du tout ce qu’est un bon café et jamais mes lèvres n’ont touché de si près le paradis ! Pour ce qui est du menu, on y trouve beaucoup de choix dont la plupart me rappelait les classiques «à ne pas manquer» en Italie. Puisque à Rome tout coûtait très cher, je n’ai pas goûté grand chose de qualité mais je me suis rattrapé dans ce resto. Je vous conseille la pizza sa pâte est incroyable !

Bien entendu, il est impossible d’aller dans la Petite-Italie sans faire un tour au Marché Jean-Talon et je suis donc allée voir mon amie qui y travaille. Bon, ça aurait pu s’arrêter là mais il y a une boutique que j’apprécie vraiment et qui est en bordure du marché : le marché des saveurs. marche-des-saveurs Cette fois-ci, il ne s’agit pas de produit italien mais bien québécois pure laine. Si par moment j’ai l’impression que le Québec produit trop de confiture| marmelade| tartinade| gelée, quand c’est ce que tu cherches, tu es comblée ! J’en suis ressortie avec plusieurs découvertes (à trouver dans un autre billet) et aussi beaucoup de tentation : thé à la menthe, pesto à la citronnelle et beignes artisanaux. Tout cela sera pour une prochaine visite ! Sûrement pour l’été car je pourrai me faire une pizza au fleur de courgette :)

Source des images :
http://doreus.wordpress.com/2009/02/26/epicurien/
https://twitter.com/CafeInterMTL
http://www.montrealites.ca/eats/2012/06/from-fresh-basil-to-tinned-tomatoes-milano.html#.UwfAN7CYaP8
http://fr.yelp.ca/biz/%C3%A9pices-anatol-montr%C3%A9al-2

Posté par GeishaNellie à 16:20 - Je découvre ... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dentelle


Commentaires sur Tour dans la Petite-Italie

Nouveau commentaire