12 février 2016

Mister Pip

Lu dans le cadre du Défi Le Tour du monde en 8 ans (Nouvelle-Zélande)


1152736-gf

Lloyd Jones

Michel Lafon

2011

284 pages


«Sur une île du Pacifique, Matilda et ses camarades de classe se passionnent pour les aventures vieilles d’un siècle d’un orphelin appelé Pip, dans une ville appelée Londres qui leur paraît plus réelle que leur propre région à feu et à sang.
Mais, dans une île ravagée par la guerre, l’imagination ne protège pas toujours de la folie des hommes.»
4e couverture

3coeurs
Matilda vit sur l’île de Bougainville dans un minuscule village de pêcheurs où le seul Blanc est Mr.Watts, un grand homme maigre qui aime bien, une fois de temps en temps, trimballer sa femme Grace dans un chariot au travers des huttes. Affublé d’un nez rouge ou non. On dit de Grace qu’elle est folle et on ne sait que penser de son étrange mari surnommé Bel Oeil.

Lorsque la guerre civile éclate interposant les Peaux-Rouges à l’armée de rebelles, il est décidé que Mr. Watts deviendrait le professeur des enfants du village. Au travers du bruit des hélicoptère et des horribles rumeurs que les parents ne veulent pas dévoiler à voix haute, Mr. Watts fait la lecture à sa classe. Pendant des mois il leur lira Des Grandes Espérances de Dickens, leur faisant découvrir non seulement la littérature mais aussi tout un monde d’imaginaire qu’ils ne connaissaient pas. Tout comme Matilda, beaucoup trouve dans cet enseignement un échappatoire parfait à la vie de tous les jours mais comme il est mentionné plus haut, les horreurs de la guerre les rattrapent malgré tout. 

Des lectures qui changent des vies, qui changent la perception que nous avons de la réalité, nous y croyons, nous l’avons tous vécu et c’est bien pour cela que nous sommes là, vous et moi. Pourtant, cette idée de sauver l’esprit grâce à la littérature en l’aidant à s’enfuir face aux horreurs de l’existence n’est pas nouvelle et c’est bien cela qui, tout du long, m’a embêté. Je comprends pourquoi ce roman a su plaire. Pourtant, pour moi ce qui était le plus intéressant n’était pas la force de cette oeuvre de Dickens (on dirait qu’il s’agit toujours de ce livre là) mais plutôt la vraie histoire derrière. J’aimais l’idée d’une vie dans des cases, sur le bord de la mer où les gens sont plutôt autosuffisants et ce, jusqu’à ce que les machettes arrivent, rendu à ce point, même les noix de coco perdent de leur magie. J’ai aimé aussi la bifurcation de l’histoire vers la fin du livre mais j’ai fini ma lecture avec un goût amer dans la bouche, j’aurais pu continuer l’histoire de Matilda encore un peu et beaucoup de points sur Mr. Watts et de sa femme ne me semblaient pas complètement éclaircis.

ob_1543bf_planisphere-596214052-o

Posté par GeishaNellie à 16:52 - Littérature de Nouvelle-Zélande - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dentelle


Commentaires sur Mister Pip

Nouveau commentaire