07 juillet 2016

Morwenna

Lu dans le cadre du défi Le tour du monde en 8 ans de Helran : Pays de Galles


morwennaJo Walton

DeNoël

2014

334 pages

 

« Morwenna Phelps, qui préfère qu'on l'appelle Mori, est placée par son père dans l'école privée d'Arlinghust, où elle se remet du terrible accident qui l'a laissée handicapée et l'a privée à jamais de sa sœur jumelle, Morganna. Loin de son pays de Galles natal, Mori pourrait dépérir, mais elle découvre le pouvoir des livres, notamment des livres de science-fiction. Samuel Delany, Roger Zelazny, James Tiptree Jr, Ursula K. Le Guin et Robert Silverberg peuplent ses journées, la passionnent. Alors qu'elle commence à reprendre du poil de la bête, elle reçoit une lettre de sa folle de mère : une photo sur laquelle Morganna est visible et sa silhouette à elle brûlée. Que peut faire une adolescente de seize ans quand son pire ennemi, potentiellement mortel, est sa mère. Elle peut chercher dans les livres le courage de se battre. » 4e de couverture

59718163_p


Alors même que je referme ce livre, encore essoufflé de ma lecture que j'ai fait à toute vitesse, la tête pleine de ces dizaines de titre de livres cités par Morwenna dont j'aimerais tant me rappeler (mais ils sont trop nombreux!), il m'est encore difficile d'expliquer pourquoi j'ai apprécié ce roman qui a pourtant gagné le prix Hugo 2012 et Nebula 2011 du meilleur roman. Ce qui est sûr c'est que je ressors de cette lecture avec un peu de magie en moi. J'ai presque l'impression que je peux voir les fées comme Morwenna. D'ailleurs, c'est ce que j'ai le plus apprécié de ma lecture : ce flirt entre le monde réel (on suit, après tout, les non-aventures d'une adolescente dans un pensionnat) et la fantasy (Morwenna voit les fées certes mais elle pratique aussi la magie). Si ça n'avait pas été de ça, ce roman aurait été bien ennuyeux car, au final il ne se passe pas grand chose si ce n'est à certain moment clé où les évènements s'enchaînent à une vitesse folle. Bon, je suppose qu'il faut bien s'attendre à vivre peu d'aventure lorsque l'on perd sa soeur jumelle, que l'on fuit sa mère, que l'on a une patte folle et que c'est notre père dont on ne connaît rien qui a notre garde, s'adapter devient notre préoccupation principale.  Au fil des pages de son journal intime, on découvre une jeune fille qui malgré ses talents magiques qui l'on toujours mise un peu à l'écart, sa force de caractère et son intelligence, recherche désespérément quelqu'un à qui s'attacher. Malgré tout cela, Morwenna a un don pour la survie. Elle a aussi la lecture. Elle a surtout la lecture.

D'ailleurs, c'est sûrement l'élément qui nous fascine immédiatement. Morwenna est la livrophage en puissance. Celle que l'on aimerait tous être. Lire deux livres par jour mais quel rêve ! Elle dévore les livres si rapidement que l'on a de la difficulté à saisir tous les titres qui lui passent entre les mains. Ça finit même par être barbant de ne pas pouvoir les saisir au vol et que la seule critique que puisse en faire le personnage c'est :« Ouais, j'ai bien aimé celui là» ou « Il était bien mais pas aussi bien que ... »(autre titre dont on se rappelle à peine qu'elle l'a cité tellement y en a). Mais malgré ça, avouons-le Morwenna a la vie que l'on voudrait toute avoir (bon, sauf la mère folle et la soeur décédée) : pas de cours d'éducation physique, en pensionnat donc la paix sur les responsabilités, beaucoup de temps libre, un club de lecture le mardi et le samedi à fouiner dans les biblios, les librairies et les salons de thé. Aaah, quelle merveille. Ça fait rêver !

Autre chose que j'ai particulièrement apprécié, c'est que l'auteure n'a pas essayé d'en beurrer épais avec la magie. Morwenna ne l'utilise qu'avec parcimonie et spécialement lorsqu'elle est désespérée ou que les fées le lui demande. Autrement, on aurait facilement pu tomber dans une pâle caricature de Harry Potter mais non, l'accent est vraiment mit sur la vie d'adolescente de Morwenna et sur son amour des livres. Si par moment, la vie de Morwenna m'a semblé trop facile, les résultats de sa magie trop aisé pour une débutante et finalement, ses souffrances émotionnelles pas si présentes, j'ai fait fi de tout cela pour y trouver un vrai plaisir de lecture. Il y avait si longtemps que je n'avais pas lu de littérature de l'imaginaire ! Ouf, ça fait du bien et je suis décidée à le garder comme référence pour plonger plus profondément dans les auteurs de SF. D'ailleurs, j'ai déjà emprunté Citoyen de la galaxie de Heinlein et je compte bien me plonger dans Le sorcier de Terremer de Le Guin et L'oreille interne de Silverberg. Je veux aussi découvrir Delany et Zelazny. Donc, plein de belles découvertes en perspective :)

Extraits :

- « On ne peut pas trouver pire nourriture, ni plus détachée de la nature, même en essayant. Si vous mangez une pomme, vous êtes connecté à un pommier. Si vous mangez un plat de crème renversée et une demi-cerise confite, vous n'êtes connecté à rien.
Toujours à propos de nourriture, nous n'avons pas nos assiettes attitrées, ni nos couteaux, fourchettes ou tasses. Comme presque tout ce que nous utilisons, ils sont communs, on nous les distribue au hasard. Il n'y a aucune chance que quoi que ce soit s'imprègne, établisse un lien privilégié. Rien ici n'est conscient, ni chaise ni tasse. On ne peut s'attacher à rien.»
p.60

- « Je voudrais avoir couru partout chaque fois que j'en ai eu l'occasion, couru à la bibliothèque, couru dans la vallée, couru dans l'escalier. Oui, bon, nous courions presque tout le temps dans l'escalier de l'immeuble de tante Teg. Les gens qui peuvent courir dans l'escalier devrait monter en courant. Et ils devraient courir les premiers, afin que je puisse clopiner derrière eux sans avoir l'impression de les ralentir.» p.209

110945726_o

Posté par GeishaNellie à 00:00 - Littérature fantastique - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

dentelle


Commentaires sur Morwenna

    C'est vrai qu'il ne s'y passe pas grand chose : la vie d'une adolescente, tout ce qu'il y a de plus ordinaire (et une grande amoureuse des livres). J'ai aussi aimé ce fil ténu entre monde imaginaire et monde réel

    Posté par Acr0, 08 juillet 2016 à 14:20 | | Répondre
    • C'est un livre qui sort de l'ordinaire tout de même.

      Posté par GeishaNellie, 11 juillet 2016 à 10:33 | | Répondre
Nouveau commentaire