25 août 2017

L'Orphéon: Quinze minutes

Lu dans le cadre du Challenge Pige m'en 3


 

mo_9782896494132Patrick Senécal

VLB éditeur

2013

178 pages

 

« Vous en avez assez d'être un parfait inconnu? Vous voulez vous faire remarquer? Vous rêvez de devenir une star de la grande toile mais ne savez pas comment vous y prendre? Johnny Net est là pour vous! Il vous pondra un concept unique infaillible qui fera instantanément de vous une vedette sur YouTube!

Jusqu'à maintenant, Johnny Net n'a eu que des clients satisfaits. Mais voilà qu'un individu étrange lui lance un défi tout à fait inusité. Curieux, Johnny accepte sans se douter à quel point sa vie en sera bouleversée...

L'Orphéon est un édifice à bureau dont les cinq étages sont respectivement peuplés parles personnages de cinq auteurs de talent. Le lecteur est invité à visiter l'immeuble un roman à la fois, à son gré, dans l'ordre ou le désordre.» dos de couverture  

2

L'idée qu'un autre blogueur plonge dans ma PAL pour en dépoussiérer un de mes livres était bien trop bonne pour que je n'accroche pas immédiatement au Challenge Livraddictien Pige m'en 3. C'est donc Leslie du blog  Books Fever qui a été l'heureuse élue pour jeter un coup d'œil dans ma liste de livres et en a tiré Quinze minutes de Patrick Senécal. Ce livre s'était trouvé dans ma PAL peut après sa publication, car j'adorais le concept de l'Orphéon: un immeuble à bureaux dont chacun de ses cinq étages seraient habités par l'imagination d'un auteur différent. Puisque je suis du genre prudente, j'ai commencé par me procurer deux des livres que j'ai pu trouver en bouquinerie afin de savoir si le résultat final me plaisait. Grâce à Quinze minutes je faisais d'une pierre deux coups: je découvrais l'Orphéon ainsi que cet auteur ultra populaire dont j'entends parler depuis le CEGEP. 

Tout d'abord, je dois vous dire que dès mes premières pages de lues, j'ai su que ce ne serait pas facile pour moi. Je viens tout juste de terminer 2666 de Bolano et j'avoue qu'entre l'écriture de cet auteur chilien et de notre célèbre écrivain d'horreur je vivais un terrible décalage. Lire en joual m'écorchait les yeux. Le concept de création d'une star instantanée grâce à YouTube faisait saigner les cellules nerveuses de mon cerveau. La futilité du travail de Johnny Net et la stupidité de ses clients m'attristaient. Bref, moi et Patrick Senécal ce n'était pas le coup de foudre.

Finalement, débarque un étrange client dans le bureau de Johnny Net qui vient pimenter le tout. L'arrivée d'Intelligence qui exige un concept vidéo bien spécial, original et qui viendrait éveiller les gens à la culture plonge le businessman face à des prises de conscience difficiles. Lui qui avait perdu espoir en l'humain et en sa capacité d'apprécier le beau et l'intelligent, utilisait dorénavant ses capacités à nourrir les gens de concept vidéo débilitant permettant à quelques abrutis de croirent que le fait de faire rire d'eux sur les réseaux sociaux leur garantirait la gloire. Bref, Jonny Net était devenu un homme aigri, triste et méprisant. Cette offre tombait à point.

Cette idée de faire débarquer l'Intelligence elle-même dans le bureau d'un homme qui travaille au profit de l'imbécilité et qui la diffuse librement était géniale. Malheureusement, je n'ai ni embarqué dans l'histoire qui, finalement, m'a semblé trop tirée par les cheveux (même les différents voisins de Johnny Net, ceux que l'on peut découvrir dans d'autres livres de l'Orphéon, me semblaient trop surréalistes) ni dans l'écriture de Patrick Senécal qui utilise des phrases simples et courtes qui sont supposées donner un ton plus punché au récit et qui, finalement m'énervait. J'avais parfois l'impression de lire de la stupidité pure. Bon, vous me direz que c'est un peu ça le but, car les clients de Johnny Net, pour la plupart, sont à l'image de notre société d'aujourd'hui inculte et futile, mais que voulez-vous, je n'accrochais pas du tout. De plus, l'écriture de Patrick Senécal doit sûrement servir parfaitement une ambiance d'horreur, mais dans ce conte allégorique, qui n'est pas sa tasse de thé, je trouvais ça trop simpliste. Bref, il n'y avait rien pour m'attirer.

Finalement, Quinze minutes n'aura pas été le livre qui m'aura fait accrocher avec Patrick Senécal. D'ailleurs, je déclare forfait pour les autres oeuvres de l'auteur, je crois que ça ne cliquera pas. Heureusement, il n'y en avait pas d'autres dans ma PAL. Pour ce qui est de l'Orphéon, il me reste encore Odorama de Geneviève Jannelle à lire, je m'y lance de suite, afin de conclure définitivement cette expérience.

 

Posté par GeishaNellie à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dentelle


Commentaires sur L'Orphéon: Quinze minutes

Nouveau commentaire