20 mars 2010

Le suicide Club

Lecture commune avec Marie L.


Le_suicide_ClubRobert Louis Stevenson

Éditions Walter Beckers

1967

279 pages

Le suicide-club : Le prince Florizel est un homme apprécié de tous, il est galant, parfait gentilhomme et aime par-dessus tout faire de nouvelles connaissances alors qu'il se promène incognito avec son fidèle ami le colonel Géraldine. C'est en traînant un soir dans un bar de Londres que les deux amis rencontreront un jeune homme désespéré, celui-ci dit désirer qu'une seule chose désormais, soit mourir. Le prince Florizel en profite aussitôt pour lui dire que c'est aussi son plus cher voeu ce qui l'entraînera au sein du Suicide-Club où à toutes les rencontres sont pigés une victime et un assassin. Le prince Florizel se rend immédiatement compte que cette fois-ci, en cherchant de l'aventure il s'est mit les pieds dans les plats.

Le pavillon sur les dunes : Franck Cassilis mène une existence de vagabond, mais c'est par pur plaisir, car il a tout à fait les moyens de mener une vie plus ordinaire. Voilà donc que ses pieds le porte vers Graden Easter endroit où vit un de ses anciens amis qu'il n'a pas revu depuis des années. C'est en se cachant dans les bois entourant la propriété de celui-ci que Cassilis remarque des choses bien étranges sur Northmour. La rencontre devenu inévitable entre les deux, est en tout cas, fracassante !

Un logis pour la nuit : Un vagabond cherche refuge lors d'une nuit froide après être devenu complice d'un meurtre. Il ne peut trouver refuge auprès de sa famille qui le maudit et encore moins auprès d'amis devenus maintenant inexistants. Où se rendra-t-il pour éviter de mourir de froid ?

La porte du sire de Maletroit : En essayant de fuir une troupe d'hommes d'armes, Denis de Beaulieu se retrouve piégé derrière la porte d'une maison. Il se rend vite compte qu'il se trouve dans la demeure de la très célèbre famille des Malétroit, il y rencontre sir Alain de Malétroit qui semble avoir projeté cette détention forcé de Beaulieu. Le désir du vieil homme deviendra vite très clair aux yeux de Beaulieu.

La providence et la guitare : Cette nouvelle raconte une journée de malchance dans la vie du couple d'artistes les Berthelini. Léon Berthelini est chanteur et comédien, alors que sa femme Elvire l'accompagne à la chanson. Tout deux ont connus des moments plus glorieux, mais à cette époque où les artistes sont bien mal vu, la ville de Castel-le-Gâchis sera pour eux une véritable torture.

bleu_sourirebleu_sourirebleu_sourire et demi En faisant un petit tour sur Internet je me suis rendue compte que la version que je possédais de Le Suicide-Club et que j'avais été négligemment choisir dans la bibliothèque léguée par ma mère, était oh ! malheur une version remaniée de Nouvelles Mille et une Nuit qui est le recueil original dans lequel on pouvait trouver la nouvelle Le suicide-Club. Alors pas étonnant que Marie L. avec qui je faisais lecture commune n'ai pas lu la même chose que moi, elle, elle possédait entre les mains la version publiée dans la collection 2euro, soit la nouvelle seulement et non pas une partie du recueil. Alors, disons que nous avons partiellement lu la même chose :$ Bien dommage pour elle en fait, car si Le suicide-Club est une bonne nouvelle j'ai eu un faible pour les autres en général hé hé.

Vous savez, chers lecteurs, je crois que pour vivre de façon pleinement épanouie il faut que je replonge unestevenson fois de temps en temps dans un classique anglais. Ils ont une écriture si tendre, si séduisante. Un vraie plaisir ! Ça fait changement de la nouvelle littérature. J'aime beaucoup l'élégance et les bonnes manières des gentilshommes anglais, alors si je peux me replonger entre leurs mains lol ...

Disons, que j'ai apprécié la plupart des nouvelles que j'ai lu. Les histoires étaient captivantes, d'excellents suspenses quoi (c'est un miracle que j'ai dit cela) et les fins nous rassasiaient amplement. Toutefois, la nouvelle Un logis pour la nuit m'a vraiment déplut. De voir un vagabond abuser comme ça de la gentillesse des autres, je crois que ça ne valait même pas la peine de faire une nouvelle là-dessus :( Par contre, la nouvelle La porte du Sire de Maletroit était vraiment très original et j'ai beaucoup aimé la fin, à mon sens à moi, elle ne pouvait pas finir autrement sinon j'en aurais pleuré.

En bref, un bon petit recueil vraiment très intéressant à lire et l'histoire du Prince Florizel est à suivre apparemment :)

EnglishClassics
Lu dans le cadre du défi English Classics de Karine:)

Posté par GeishaNellie à 13:11 - Littérature anglaise - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

dentelle


Commentaires sur Le suicide Club

    Il y a un folio 2 euros de Stevenson??? J'aime Stevenson d'amour!!! Bon, si les autres nouvelles son tbien aussi, je vais peut-être craquer pour le recueil au complet!

    Posté par Karine:), 27 mars 2010 à 14:38 | | Répondre
  • @ Karine : Je te conseille en tout cas le recueil au complet, car il vaut bien le coup !

    Posté par GeishaNellie, 28 mars 2010 à 12:40 | | Répondre
  • Je le note sur ma liste à lire. Quel est le titre du recueil complet ?

    Posté par Jémlyre, 09 mai 2010 à 12:21 | | Répondre
  • @ Jémylre : C'est les nouvelles mille et une nuit, je devrais sûrement le lire aussi, mais j'ai l'impression que les meilleurs nouvelles se trouvaient dans mon simili recueil.

    Posté par GeishaNellie, 10 mai 2010 à 13:54 | | Répondre
Nouveau commentaire