31 janvier 2012

American Gods

American-gods

 

Neil Gaiman

Éditions J’ai lu

603 pages

2009

 

Ombre vient tout juste de sortir de prison pour coups et blessures. En chemin pour les obsèques de sa femme, Ombre rencontre un étrange borgne du nom de Voyageur qui lui propose un travail. Ayant l’impression que cette proposition ne recèle rien de bon pour lui, Ombre essaie de fuir le personnage qui le poursuit. Il finit par céder lorsqu’il se rend compte qu’au final, plus rien ne l’attend dans sa ville, ni sa femme, ni son meilleur ami, décédé lui aussi, ni une possibilité de job. Toutefois, Ombre se rendra vite compte que Voyageur n’est pas exactement ce qu’il semble être.

4coeurs copy

«Que vous ne croyiez pas en nous n’a aucune importance. Nous, nous croyons en vous.» p.494 J’ai acheté ce livre lors du Salon du Livre de Montréal 2010 et malgré les bons commentaires de Karine, je ne l’avais pas ouvert jusqu’ici, mais plusieurs autres billets positifs sur celui-ci m’a finalement poussé à leAnansi%20Spider sortir de ma PAL poussiéreuse. Au premier abord, avant que le fantastique ne vienne prendre un peu de place, j’ai eu toutes les misères du monde à entrer dans l’histoire dont l’écriture me paraissait trop américaine. Son petit côté on the road finissait par me taper sur les nerfs et je me demandais bien dans quoi je m’étais fourrée.

Mais l’histoire avançant grâce, entre-autre, aux cauchemars d’Ombre, on découvre bien vite qu’il y a une histoire de Dieux oubliés en-dessous de tout ça et même si, par moment, les raisons qui ont menés certains Dieux en Amérique me semblaient plutôt tirés par les cheveux, j’ai vraiment apprécié les découvrir. Lorsque j’étais petite, j’adorais les histoires de contes et légendes du monde entier, si bien que plusieurs Dieux m’étaient déjà connus et les autres venaient toucher une corde sensible chez moi. Toutefois, les nouveaux Dieux, eux, me semblaient complètement ridicules et aucunement à la hauteur de leur prédécesseurs (horreur ! c’est nous qui les avons créés !!).

5y5fulwtDès le début, on comprend qu’il y a quelque chose de spécial chez Ombre, il a beau être humain, tous lui courent après. Mais il n’y a pas que cela. Ce personnage principal est bien différent de ceux que nous rencontrons dans nos lectures d’habitude. À mes yeux, il était terriblement apaisant : sans être trop passif, il laisse l’histoire se dérouler en y étant un acteur, il ne pose pas une foule de questions afin d’amener l’informations au lecteur, non, il comprend, tout simplement. C’est donc un mec vraiment intelligent qui sait faire 1+1=2 et qui a, malgré le temps passé en prison, une main sur le coeur et c’est cette compassion et son désir d’aider les autres qui le rendent attachant et ce, même aux yeux de certains Dieux plutôt grincheux.

Et puis, une fois la découverte de plusieurs personnages fort intéressants, on se rend compte que le on the road n’est pas si irritant que cela. De place en place on découvre de nouveaux Dieux qui se sont camouflés parmi les humains, par moment à notre propre désagrément, mais bon … Donc, un premier livre de cet auteur pour moi, mais que j’ai trouvé vraiment très bon et je me promet bien de lire la suite !

Posté par GeishaNellie à 10:58 - Littérature fantastique - Commentaires [4] - Permalien [#]

dentelle


Commentaires sur American Gods

  • Oh là, dans ma Pal poussièreuse aussi, je l'avais presque oublié, merci de me tenter à nouveau

    Posté par emmyne, 01 février 2012 à 05:14 | | Répondre
  • @Emmyne : Mais de rien, j'espère que tu apprécieras !

    Posté par GeishaNellie, 01 février 2012 à 10:31 | | Répondre
  • Ravie que ça t'ait plu. Je vénère Gaiman, en fait...

    Posté par Karine:), 24 février 2012 à 22:12 | | Répondre
  • @Karine : Mon premier Gaiman, alors je ne peux pas en dire autant, mais j'ai hâte de lire autre chose de lui (surtout Anansi Boys!!).

    Posté par GeishaNellie, 25 février 2012 à 17:17 | | Répondre
Nouveau commentaire