09 novembre 2014

Chercher Sam

chercher sam

 

Sophie Bienvenu

Éditions Le Cheval D’Août

169 pages

2014

 

« Mathieu est dans la rue. Il y survit grâce à Sam, son chien. Quelque chose le tue, qui n’est pas le froid ou l’indifférence des autres. Quelque chose l’empêche de respirer. Quand Sam disparaît, Mathieu part à sa recherche et, sans le vouloir, ouvre la porte à ses démons.» dos de couverture

 

4coeurs copyJ’ai commencé ce livre alors même que je venais de fermer celui de Frances Mayes. J’étais donc encore baigné par le soleil de l’Italie en train de m’imaginer comme se serrait merveilleux de manger des pastas frescas et puis, j’ai sauté dans Chercher Sam, je n’étais pas prête. On est jamais prêt pour du Sophie Bienvenu, on se lance dedans les deux pieds joints et on s’en ramasse plein la gueule (dans le pur style de l’auteure) ! Sophie Bienvenu est une auteure à suivre avec beaucoup d’attention, cette québécoise d’origine nous a déjà donné le dérangeant Et au pire, on se mariera que j’avais adoré et prêté à une amie française alors qu’on se faisait griller sur une plage mexicaine, peut-être pas le meilleur endroit. Il y a dans les livres de Sophie Bienvenu une telle ambiance, lourde et sombre, elle sait nous amener dans les pires recoins de notre humanité, ce n’est donc pas des livres à lire n’importe où.

Lorsqu’on lit Chercher Sam on ne peut pas se mentir à soi-même. La3060585169_1_7_7M3wxVOR plupart d’entre-nous ne ferions pas mieux que tous les passants qui ignore Mathieu ou qui en on le dédain mais avec ce personnage, l’écrivaine a voulu briser les tabous et nous ouvrir les yeux. Mathieu n’est ni un drogué, ni un alcoolique. Il ne s’est pas retrouvé dans la rue à cause de la désinstitutionalisation, à moins que l’on puisse devenir fou lorsqu’on a un trou dans le coeur. Le drame de cet itinérant nous émeu et tout au long de l’histoire on n’a qu’une seule envie : combattre notre d’égout et pourvoir le prendre dans nos bras pour le consolé.

Un livre bouleversant même si j’ai vécu tout au long de ma lecture certains irritants et que je trouvais que le drame de Mathieu était juste trop gros pour être vrai. Quoique, dans la vie, c’est vrai qu’y a des malchanceux. Malgré tout, pour l’écriture très «québécoise» de l’auteure, pour sa capacité à nous faire vivre Montréal et surtout, pour son humeur grinçant, Chercher Sam veut amplement les sous pour se le procurer !

Extrait

« Je repars vers Masson, vers le bord de l’église, sur la sixième, le spot où on dort tout le temps. Elle avait p’têt’ froid, elle était p’têt’ tannée. Elle s’est dit que j’allais la rejoindre là, elle aurait aimé laisser un mot, mais les chiens font pas ça. Normalement, ils prennent pas tant que ça d’initiatives, alors ils ont jamais appris à prévenir. » p.46

Source de l’image
- http://judithgagnon.blogspot.ca/2013/03/le-chien-et-le-sans-abris-critiques.html

Posté par GeishaNellie à 00:00 - Littérature québécoise - Commentaires [0] - Permalien [#]

dentelle


Commentaires sur Chercher Sam

Nouveau commentaire