30 juin 2017

La caste des Méta-Barons 3: Aghnar le bisaïeul

Couv_2390Scénario: Alexandro Jodowrosky
Illustration: Carlos Gimenez

Les Humanoïdes Associés

1995

68 pages

 

Dans ce troisième volet de La caste des Méta-Barons, Tonto continue patiemment de raconter à son ami robotique Lothar, l'histoire de leurs maîtres...
Fraîchement greffé de ses jambes robotiques qui lui permettent maintenant de marcher normalement sans flotter, Aghnar se voit vite contraint de raccourcir sa convalescence afin de faire face à un périlleux ennemi qui menace sa famille: les nonnes-putes Shabda-Oud. Othon et Honorata imagineront un plan afin de sauver leur fils des griffes de ces sorcières, mais le jeune garçon devra faire preuve de force et de détermination afin de survivre.
Il est maintenant temps que Aghnar prouve qu'il est un vrai Méta-Baron et se montre plus puissant que son père.  

88309549
J'avais tellement aimé La caste des Méta-Barons: Othon le trisaïeul et Honorata la trisaïeule que j'attendais avec impatience de me lancer dans la suite des aventures de cette saga familiale. Bien vite, on se retrouve dans l'action: Honorata doit maintenant se dépatouiller avec sa trahison envers les Shabda-Oud. Ne leur ayant pas engendré l'hermaphrodite parfait, elle a mit en danger sa famille. Se débarrasser de la colère des femmes de cette secte dont la force n'a d'égale que celle de leur vaisseau, un cétacyborg surpuissant, est quasi-impossible. Aghnar grandira donc avec une irrépressible envie de vengeance, mais face à un ennemi bien mieux armé que lui.  

Dans ce volume-ci, j'ai trouvé qu'il y avait de belles créations au niveau des personnages d'animaux que ce soit les cetacyborgs que j'ai mentionné plus haut qui rappellent la baleine qui avala Gepetto ou bien, les singes volants qui vivent dans les hauteurs de la nouvelle planète où Aghnar trouvera refuge. Malgré cela, je n'ai pas eu autant de plaisir à découvrir ces nouveaux mondes que le scénario nous propose. Il y avait, à mes yeux, beaucoup trop de faiblesses dans l'histoire. J'ai parfois eu l'impression que l'on sacrifiait certains personnages sans bonne raison. Simplement pour s'en débarrasser et alléger la continuité de la saga. Il se peut aussi, que pour mettre en place cette caste de guerriers, il fallait absolument qu'il y ait une profusion de violence. Je sais fort bien que les traditions familiales des Castakas sont batties sur ce cercle de violence qui permet à la génération d'après de devenir plus forte que celle passée, mais j'avoue que cette fois-ci, je n'ai pas adhéré. Je comprenais la tristesse et la désillusion d'Othon qui l'avaient poussé à devenir un véritable barbare, mais j'avais beaucoup de peine pour Aghnar. Toutes ces épreuves cruelles me paraissaient inutiles.

Malgré cela, ce qui m'a vraiment déçue c'est l'arrivée de la capricieuse Oda, la plus belle princesse de la galaxie. Malheureusement, Oda est bourrée de tous les clichés des personnages féminins secondaires: super sexy avec des seins en obus, mais un quotient qui ne lui permet pas d'aligner plus de quelques mots. Pire, Aghnar en tombera amoureux dès qu'il posera les yeux sur elle et alors même qu'elle avait refusé de nombreux prétendants, elle est subjugué par l'incroyable virilité de ce Méta-Baron. Elle s'élancera dans ses bras prête à tout renier soudainement, pour ce fol amour.
Je le redis: je suis tellement!!

Jodorowsky aurait vraiment eu besoin de revoir une partie de son scénario et Gimenez, ceux des attributs de ses personnages féminins. Bon, c'est vrai que cette bd date un peu et je ne suis pas très aux faits des dernières créations de Gimenez, mais j'espère vraiment qu'il a modifié son style. J'espère sincèrement aussi qu'Oda ne sera pas cette pimbèche qui laisse son destin aux mains de celui qui a de la testostérone. Jodorowsky doit sûrement nous réserver une autre de ses surprises. D'ailleurs, jusqu'ici, malgré l'apparence très sexy de certains personnages et de leur nudité fréquente, la plupart avaient un sacré tempérament qui leur a permis de jouer un rôle important au sein de l'histoire. Gardons espoir.

Même si l'arrivée en fin de volume du personnage d'Oda m'a vraiment rebutée et que je n'ai pas autant apprécié ma lecture de Aghnar le bisaïeul que celui du recueil précédent, je ne m'avoue pas vaincu. Le monde magnifique créé par Jodorowsky vaut bien que je persiste un peu. Il faut dire aussi que j'ai découvert qu'un de mes amis a toute la collection des oeuvres du scénariste chilien donc plus besoin de faire un tour à la bibliothèque. Je ne peux donc pas décider d'arrêter maintenant! 

tumblr_m0tlqtmt8q1qmg4b2o1_1280

Source de l'image:
-https://thebookexperience.wordpress.com/2013/10/10/the-metabarons-my-instincts-will-guide-this-post/tumblr_m0tlqtmt8q1qmg4b2o1_1280/

Posté par GeishaNellie à 00:00 - BD, mangas & ComicBooks - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dentelle


Commentaires sur La caste des Méta-Barons 3: Aghnar le bisaïeul

Nouveau commentaire